Le créole est aujourd’hui considéré en Haïti comme la langue parlée par 97% de la population. Elle est en outre la seule et unique langue parlée, et vraiment comprise de bon nombre d’étudiants même à l’université. Ainsi, des efforts ont été déployés pour enseigner le créole dans les établissements
scolaires, afin de permettre à plus d’un de mieux apprécier la richesse de la langue, et par-dessus tout d’avoir une plus large compréhension des cours qui, jusque-là ne se faisaient qu’en français – un français souvent mal exprimé.
La nécessité d’apprendre en créole se fait surtout sentir dans les nombreux programmes d’alphabétisation mis en place par la Secrétairerie d’Etat à l’alphabétisation.
Le créole en tant qu’outil d’apprentissage sera mieux compris à la lumière d’une enquête menée par Louis-Auguste JOINT de l’Institut de Recherche pour le Développement- Université des Antilles et de la Guyane, auprès de 852 élèves dans trois écoles secondaires, réputées d’être des écoles d’élites à Port-au-prince, la capitale d’Haïti. L’étude révèle que, selon l’établissement, seulement 3% à 8% des élèves utilisent les deux langues pour communiquer en classe, à la maison ou pour écrire une lettre. La préférence est accordée au français par rapport au créole dans ces écoles privées congréganistes. Le français demeure la langue de l’écriture.  (Réf. Louis-Auguste JOINT Le Bilinguisme Français / Créole dans l’enseignement Haïtien Quel enjeu pour le développement social?) Il devient donc important que des efforts soient déployés dans le but de permettre une plus large vulgarisation (d’un point de vue linguistique) des technologies de l’information (TICEs).